Etats-Unis – «La seconde morsure, c’est celle qui m’a brisé les os»

Publié21 mai 2021, 11:41

Un homme de 61 ans a miraculeusement survécu à l’attaque d’un ours dans une forêt reculée d’Alaska, mardi.

Allen Dewitt Minish était en train d’arpenter un terrain pour le compte d’un agent immobilier, mardi, près de Gulkana (Alaska), quand il a entendu un bruit suspect. À peine avait-il terminé d’entrer des données dans son GPS qu’un ours l’a attaqué. «Je l’ai vu et il m’a vu en même temps, c’est effrayant», raconte le survivant à ABC News, depuis son lit d’hôpital à Anchorage. En deux temps trois mouvements, l’animal a chargé, sans que l’homme de 61 ans n’ait le temps de se cacher derrière des arbres.

Allen a tenté de faire fuir l’animal en brandissant sa perche d’arpentage, mais le plantigrade s’en est débarrassé en un coup de patte. Une lutte d’environ 10 secondes a alors commencé: «Quand il s’est jeté sur moi, j’ai attrapé sa mâchoire inférieure pour le repousser. Mais il m’a poussé sur le côté et m’a pris un quart de mon visage. Il a pris un morceau, puis un deuxième, et c’est cette deuxième morsure qui m’a brisé les os», raconte le sexagénaire. Quand l’animal a enfin lâché prise, Allen s’est couché sur le ventre et a placé ses mains sur sa tête. L’ours s’en est allé.

La mâchoire brisée, le scalp en partie arraché et des coupures sur une bonne partie du haut de son corps, l’Américain est parvenu à appeler les secours. Il a dû attendre une heure avant de voir arriver de l’aide, craignant que l’ours ne revienne à la charge à tout instant. Allen a finalement été héliporté vers Anchorage, où il a subi une opération de 4 heures et demie. Les autorités, elles, ne sont pas parvenues à localiser l’animal. «J’imagine que j’ai de la chance. Franchement, cela n’aurait pas eu d’importance s’il m’avait tué. J’ai eu une bonne vie (…) Il ne m’a pas tué, alors je dois aller dans l’autre direction, c’est-à-dire essayer de rester en vie», conclut le miraculé.

(joc)

Articles similaires

Commentaires

Les plus populaires