Plusieurs heures de traque pour retrouver un ourson

Un ourson noir a mis en émoi pendant plusieurs heures dimanche tout un quartier de l’agglomération de Montréal avant d’être finalement endormi et capturé au terme de plusieurs heures de traque dans les jardins et dans les arbres.

Alertée en début d’après-midi, la police a immédiatement bouclé plusieurs rues d’un quartier de Dorval, commune de l’ouest de Montréal où est situé l’aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau, a expliqué un porte-parole de la police montréalaise, Raphaël Bergeron.

Les habitants du secteur ont été priés de rester chez eux. Commençait alors une traque qui aura mobilisé quelques dizaines de policiers, pompiers, agents d’intervention du ministère de la Faune, volontaires de l’association Sauvetage animal rescue, et tenu en haleine habitants et curieux.

L’animal, un ourson de plusieurs mois, a dans un premier temps «été confiné dans la cour d’une résidence», a expliqué le porte-parole. Il s’est alors réfugié en haut d’un arbre. Des garde-chasse du ministère armés de fusils lui ont administré des tranquillisants, qui n’ont pas eu un effet immédiat. «L’équipe de la Faune a injecté trois doses de sédatif, mais l’ours est resté alerte et est descendu de l’arbre avant de s’enfuir dans une autre cour», a raconté l’association Sauvetage animal rescue sur Facebook.

Remis en liberté

Le plantigrade est finalement remonté sur un arbre, à faible hauteur, où il a fini par s’assoupir. Les pompiers se tenaient prêts à déployer des coussins gonflables au cas où il tomberait. Il a été capturé en douceur vers 19h30, au soulagement de tout un quartier.

«Nous avons réussi à l’attraper avec une perche et à le faire descendre au bas de l’arbre, où il a pu être sécurisé», selon l’association qui a participé à son sauvetage. «L’ourson pourra être remis en liberté dans un environnement qui sera plus adapté pour lui».

Selon le porte-parole de la police, la présence d’un ursidé aussi près de la métropole de Montréal, particulièrement dans une zone urbaine proche d’un aéroport, est «très rare».

(L’essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur [email protected] Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Articles similaires

Commentaires

Les plus populaires