Les impacts de la COVID-19 sur le secteur du tourisme

Résumé du document

L’agence de tourisme EXO Travel, implantée dans une dizaine de pays en Asie, a ouvert en 2011 son premier bureau au Japon. Basé à Tokyo, celui-ci est composé de 220 employés d’une vingtaine de nationalités différentes. Cette pluriculturalité de l’agence est un grand avantage, car cela lui permet de toucher un très large éventail de clients.

Le département MICE de l’agence est basé sur l’échange et l’entraide. Cette méthode de travail est primordiale dans ce département où les employés ont la charge de la partie relation client et de la partie logistique pour laquelle ils sont en contact avec les prestataires. Ils sont donc complètement en charge des dossiers qu’ils traitent. Ma mission principale a donc été dans un premier temps la gestion de dossiers, principalement pour le marché français. Plusieurs de mes objectifs fixés en début de stage ont été atteints, notamment celui de confirmer un dossier et celui d’améliorer mon japonais. Cette amélioration est en grande partie due au travail effectué en japonais avec les prestataires, telles que les négociations à travers des appels téléphoniques, les réunions de suivi de dossier et plus rarement les visites d’inspections.

La crise du Covid-19 a frappé à peine 2 semaines après le début du stage. Dès la deuxième semaine de mars, nous recevions un déferlement d’appels et de courriels de demandes d’annulation de la part des clients. Il a fallu donc revoir tous les dossiers, recontacter les hôtels, les restaurants, les activités, etc., afin d’annuler ou reporter toutes les réservations. J’ai pu constater de jour en jour l’impact qu’avait le Covid-19 sur EXO Travel et sur l’industrie du tourisme au Japon et dans le monde.

Extraits

[…] Les impacts de la COVID-19 sur le tourisme L’épidémie du Covid-19 est apparue fin novembre 2019 dans la province d’Hubei à Wuhan en Chine. À compter de mi-janvier, les hôpitaux de Wuhan voient arriver plus d’une vingtaine de cas par jour, il est vite devenu évident qu’il s’agissait d’une nouvelle sorte de maladie hautement contagieuse. L’hôpital fait procéder à des examens de laboratoire, qui concluent au SARS-CoV[21]. Le 3 février, le Diamond Princess, un navire de croisière transportant 3 711 passagers tout juste arrivés au port de Yokohama, en baie de Tokyo, présente des passagers touchés. […]

[…] 東京オリンピック延期による影響 77 ii. パンデミックによる観光客減少の影響 77 b. 企業や雇用への影響 79 c. Exo Travel Japanにおけるコロナ危機の影響 80 IV. ポストコロナー未来の観光のあり方 81 a. 衛生意識の変化 82 b. 先の見えない未来 82 i. 第二波? 82 ii. 観光に対する新しい考え方 83 iii. […]

[…] D’après les économistes de SMBC Nikko Securities, comme il s’agit d’un report de l’événement et non d’une annulation pure et simple, l’impact sur la croissance devrait être nul à long terme. Pour 2021, le Japon va étudier un certain nombre d’options visant à simplifier les Jeux afin de s’assurer que la crise sanitaire ne provoquera pas une nouvelle annulation : nombre limité de spectateurs, tests obligatoires du Covid-19[24]. Impacts sur le nombre de voyageurs Malgré près de 32 millions de voyageurs en 2019, la crise mondiale du Covid- 19 a mis définitivement de côté les objectifs du gouvernement. […]

[…] Le JTNO quant à lui, pour objectif de promouvoir le développement d’échanges touristiques internationaux. En ce sens, il organise un large éventail d’activités, à la fois nationales et internationales (22 bureaux à l’étranger), visant à encourager les touristes du monde entier à visiter le Japon. Outre la promotion du Tourisme au Japon, il supervise un certain nombre d’activités dont : la gestion des bureaux d’information touristique au Japon pour les visiteurs internationaux, un système d’administration des examens pour les guides-interprètes, la publication de statistiques sur le tourisme et de rapports sur le marché ou encore le soutien aux conventions et manifestations internationales. […]

[…] Ce fut la première joint-venture d’étrangers au Vietnam à se voir accorder une licence de tourisme. Elle opère sous le statut d’entreprise à responsabilité limitée, l’équivalent en France d’une SARL. Après deux ans durant lesquels la DMC se portait de mieux en mieux, les fondateurs décidèrent d’étendre leur business à d’autres pays, et installèrent leur premier bureau en Birmanie. C’est ainsi, avec son succès grandissant, qu’Exotissimo s’implanta au fil des années dans plusieurs pays asiatiques. La DMC ne cessant de grandir, la direction décida en 2014 d’une restructuration pour donner une nouvelle jeunesse à l’agence. […]

Articles similaires

Commentaires

Les plus populaires