«Il faut un accord sur la fiscalité le plus tôt possible»

ENTRETIEN – Dans un entretien au Figaro, le futur secrétaire général de l’OCDE évoque ses priorités, à commencer par la grande réforme de la fiscalité des multinationales et du numérique.

Le 1er juin, soit dans une semaine, l’Australien Mathias Cormann, prendra la tête de l’OCDE, l’Organisation de coopération et de développement économique, basée à Paris. Il succédera au Mexicain Angel Gurria qui aura été secrétaire général de l’institution pendant quatorze ans. Mathias Cormann a été élu en mars par les 37 États membres face à l’ex-commissaire européenne, la suédoise Cecilia Malmström.

LE FIGARO. – La taxation des multinationales et l’impôt minimum mondial seront les sujets les plus chauds pour votre entrée en fonction à la tête de l’OCDE, le 1er juin. Pensez-vous un accord international proche?

Mathias CORMANN. – Tout d’abord, il faut rappeler que les gouvernements à travers le monde ont besoin de recettes suffisantes pour financer les services publics et le soutien aux populations d’une manière qui n’entrave pas l’économie et qui soit juste et équitable. Il est très important que nous continuions de lutter contre l’évasion fiscale internationale et que nous nous assurions

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 87% à découvrir.

Abonnez-vous : 1€ le premier mois

Annulable à tout moment

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Articles similaires

Commentaires

Les plus populaires