Etats-Unis – Elle fait la maline dans l’enclos des singes et perd son job

Publié25 mai 2021, 18:17

Une visiteuse s’est introduite sur le territoire des primates, ce week-end dans un zoo texan. Le directeur a porté plainte et les employeurs de la jeune femme l’ont licenciée, après l’avoir reconnue sur Instagram.

«Stupide et chanceuse»: tels sont les deux mots utilisés par le directeur du zoo d’El Paso (Texas) pour définir la jeune femme qui a fait des siennes ce week-end. Comme le montre une vidéo diffusée sur Instagram, une visiteuse a retiré ses chaussures et s’est introduite dans l’enclos des singes-araignées. Elle s’est approchée des primates et leur a donné des «chips épicées», si l’on en croit ce qui est écrit en légende des images.

Le personnel du zoo fulmine: «Il s’agit de primates. Ils peuvent sérieusement vous blesser. Ce sont peut-être de petits singes mais ils peuvent vous aplatir au sol s’ils le veulent», prévient Mason Kleist, un gardien. Selon l’employé, la jeune femme s’est non seulement mise en danger, mais elle a aussi exposé Libby et Sunday à des risques en leur donnant un aliment ne correspondant pas à leur régime.

«Il faut des années pour établir une relation de confiance»

En outre, la visiteuse a potentiellement exposé les animaux au Covid-19, relate ABC 7. «Nous avons pris les mesures nécessaires pour les empêcher d’attraper ça, donc si quelqu’un entre là et leur donne de la nourriture de ses mains, ça peut tout gâcher», s’agace le gardien, qui craint que la confiance des animaux ne soit entachée. «Il faut des années pour établir une relation de confiance avec ces animaux et le fait que quelqu’un vienne ici pendant cinq minutes pour une vidéo sur Instagram détruit des années de travail», ajoute Mason Kleist.

Le directeur du zoo a porté plainte et prévoit déjà de faire changer les barrières afin que l’incident ne se reproduise pas. Une enquête est en cours. La jeune femme, elle, se retrouve sans travail: ses employeurs l’ont reconnue sur la vidéo et l’ont licenciée lundi après sa reconnaissance des faits. Le cabinet d’avocats pour lequel Lucy Rae travaillait a assuré qu’il ne cautionnait pas une telle attitude.

(joc)

Articles similaires

Commentaires

Les plus populaires