L’UE va aider les agriculteurs ukrainiens à continuer leur production

Bruxelles ne veut pas voir les Ukrainiens mourir de faim. L’Union européenne veut donc aider les agriculteurs ukrainiens à préparer leurs prochaines récoltes malgré la guerre, notamment en leur fournissant du carburant et des engrais, tout en apportant une aide alimentaire au pays, a annoncé lundi le commissaire européen à l’Agriculture Janusz Wojciechowski.

Ces agriculteurs « ont besoin de 50.000 tonnes de carburant pour pouvoir travailler a minima sur leurs champs et maintenir leur production à des niveaux minimums de survie », a expliqué le commissaire polonais, à l’issue d’une réunion où les ministres européens de l’Agriculture ont donné leur feu vert. « Faire transiter l’aide par le territoire polonais d’un point de vue logistique est la solution la plus efficace » et Varsovie « est prêt à participer », a poursuivi Janusz Wojciechowski, soulignant que le temps presse avant les semis de printemps.

La détermination des agriculteurs ukrainiens

Réunis à Bruxelles, les ministres des Vingt-Sept ont échangé en visioconférence avec leur homologue ukrainien Roman Leshchenko : « Il a rendu hommage à deux amis agriculteurs tués sous les bombes alors qu’ils travaillaient dans des champs » et fait état de la farouche détermination des agriculteurs du pays à cultiver leurs terres malgré l’invasion russe, a rapporté le commissaire. « Un moment très fort. Il a dû nous quitter plus rapidement que prévu, du fait d’une alerte aux bombardements », a abondé le ministre français Julien Denormandie​, visiblement ému.

Selon lui, avant d’être interrompu, le ministre ukrainien a émis des « demandes précises » à l’UE concernant « l’aide alimentaire » aux populations en Ukraine comme auprès des réfugiés, le soutien à l’industrie agroalimentaire ukrainienne « là elle est en capacité de fonctionner », et surtout l’aide aux agriculteurs via la fourniture d’engrais, semences ou d’énergie. « Nous sommes convenus avec le commissaire de mettre en place une organisation pour pouvoir répondre de manière efficace à ces demandes », a insisté le ministre français.

Un point plus délicat en revanche : Kiev souhaite également poursuivre ses exportations agricoles, faisant état de stocks « près de la mer Noire ». Bruxelles a indiqué vouloir l’aider aussi sur ce plan, mais sans détailler de solutions concrètes, alors que la guerre s’intensifie dans le pays. « L’agresseur russe est en train de détruire toutes les possibilités de production en Ukraine, et l’état des stocks est difficile à évaluer (…) Très clairement, son but est d’affamer la population, il faut être conscient de l’utilisation de la faim comme arme », a en outre estimé Janusz Wojciechowski.

Articles similaires

Commentaires

Les plus populaires