Les dirigeants d’Afrique de l’Ouest en sommet après le coup d’Etat

Dans les rues de Bamako après le coup d’Etat, mercredi. — AFP

Les dirigeants ouest-africains se réunissent ce dimanche au Ghana pour trancher la question épineuse de leur réponse au double putsch des militaires maliens, le colonel Assimi Goïta, désormais officiellement président du
Mali, étant lui aussi invité à Accra. La Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) a invité le colonel Goïta à venir à Accra dès samedi pour des « consultations », indique un courrier de l’organisation. Selon la présidence du Mali, il est bien parti samedi pour le Ghana et prendra part ce dimanche au sommet.

Le président français Emmanuel Macron a de son côté averti, dans un entretien au Journal du dimanche, que Paris « ne resterait pas aux côtés d’un pays où il n’y a plus de légitimité démocratique ni de transition ». Paris avait dénoncé mardi un « coup d’Etat inacceptable » au Mali. La Cour constitutionnelle malienne a déclaré vendredi le colonel Goïta président de transition du pays, parachevant le coup de force déclenché lundi contre ceux qui se trouvaient entre lui et la direction de ce pays, plongé dans la tourmente mais crucial pour la stabilité du Sahel face à la propagation djihadiste.

Les voisins du Mali au défi d’une réponse

Le colonel Goïta « exerce les fonctions, attributs et prérogatives de président de la transition pour conduire le processus de transition à son terme », et il portera « le titre de président de la transition, chef de l’Etat », dit la Cour constitutionnelle. Vendredi, dans un apparent effort pour mobiliser des soutiens intérieurs, le colonel Goïta a dit son intention de nommer « dans les jours à venir » un Premier ministre issu d’un collectif qui avait mené en 2020 des mois de contestation contre l’ancien président Keïta mais que les colonels, une fois le chef de l’Etat renversé, avaient pris soin de laisser en marge de la transition.

Même avec un tel Premier ministre, la désignation d’Assimi Goïta met les voisins et les partenaires du Mali au défi d’une réponse. La Cédéao avait co-rédigé avec l’Union africaine, la mission de l’ONU au Mali (Minusma), la France, les Etats-Unis et d’autres un communiqué rejetant « par avance tout acte imposé par la contrainte, y compris des démissions forcées ». Une mission de la Cédéao dépêchée au cours de la semaine au Mali a évoqué l’éventualité de sanctions. La France et les Etats-Unis, engagés militairement au Sahel, en ont brandi la menace.

« La transition politique sera dirigée par un civil » et « le vice-président de la transition (…) ne pourra en aucune manière remplacer le président de la transition », avaient déclaré les dirigeants ouest-africains lors d’une réunion avec la junte le 15 septembre 2020 après le premier coup de force. La Cédéao avait suspendu le Mali de tous ses organes de décision, fermé les frontières de ses Etats membres et stoppé les échanges financiers et commerciaux avec le Mali, à l’exception des produits de première nécessité. Elle avait levé les sanctions, mal ressenties par une population éprouvée dans un pays exsangue, quand la junte avait paru se plier à ses exigences.

Articles similaires

Commentaires

Les plus populaires