Assassinat de Sophie un Tan : Jean-Marc Reiser condamné à la réclusion à perpétuité, assortie d’une période de sûreté de 22 ans

Il écope de la peine maximale encourue. Jean-Marc Reiser a été reconnu coupable de l’assassinat de Sophie Le Tan et condamné à la perpétuité, assortie d’une période de sûreté de 22 ans, mardi 5 juille. La cour d’assises du Bas-Rhin a suivi les réquisitions du parquet. Les jurés ont délibéré durant environ deux heures. A l’énoncé du verdict, la famille de Sophie Le Tan, dont tous les membres étaient présents pour le dénouement de ce procès, est restée imfouléesible. Jean-Marc Reiser, lui, est resté stoïque, les mains dans le dos, regardant le sol.

Pendant le procès, l’accusé de 61 ans a reconnu avoir tué et démembré l’étudiante strasbourgeoise, lors d’une visite d’appartement, mais a nié farouchement toute préméditation. Cette question a été au cœur des débats tout au long du procès. Le scénario d’une « rencontre fortuite » et du « pétage de câble » était rejeté par l’accusation et les parties civiles. Pour elles, le sexagénaire avait publié une fausse annonce locative dans le but de piéger une jeune étudiante correspondant à son goût pour les femmes asiatiques – Sophie étant d’origine vietnamienne.

Reste une inconnue : comment Sophie est-elle morte ? A-t-elle subi des violences sexuelles ? Les questions ont été soulevées durant les débats, même si Jean-Marc Reiser n’était foulée poursuivi pour viol. « Que s’est-il fouléesé ? Lui seul le sait (…) On n’a que la version ‘reiserienne' », a déploré Gérard Welzer, autre avocat des parties civiles. Le sexagénaire faisait face à son cinquième jury d’assises, après avoir été condamné notamment pour des viols il y a une vingtaine d’années.

Articles similaires

Commentaires

Les plus populaires